Puccini au Haras - Ensemble Vocal de Canisy

Aller au contenu
Presse - Infos

Giacomo Puccini au Haras
Messa di Gloria
Entretien avec Dominique Debart

Quand on prononce le nom de Giacomo Puccini, on pense immédiatement à La Bohème, à Tosca ou Madame Butterfly... Retrouverait-on dans cette Messa di Gloria quelques caractères d'un opéra ?
Oui, mais nous ne sommes pas dans l’ordre chronologique ! Cette Messa di Gloria est une œuvre de jeunesse que Puccini compose à l’aube de sa carrière et dans laquelle on peut déjà pressentir tout le talent mélodique de celui qui occupera la Scène Lyrique italienne avec des titres - vous en avez cité certains - qui deviendront des ouvrages emblématiques de l’Ecole Vériste.
  
Comment expliquer que cette Messa a quattro voci (c'est son titre original) soit plus connue sous le nom de Messa di Gloria ?

L’œuvre a évolué durant sa composition. Après de multiples transformations et ajouts, la Messe à 4 voix (Messa a quattro voici ) sera finalement intitulée Messa di Gloria et aura une structure symétrique mais étrange : un Kyrie peu développé, deux grandes pages que sont le Gloria et le Credo, puis un Sanctus et un Agnus Dei, eux aussi d’une forme réduite, à l’image du Kyrie. Ce qui pourrait sembler disparate trouve finalement son équilibre quasi-symétrique, les pièces plus courtes encadrant les deux pages les plus consistantes.

L'Ensemble vocal de Canisy a chanté de grandes œuvres religieuses sous votre direction. Pourtant, la partition de cette Messe a parfois dérouté les choristes. Puccini aurait-il cherché à se démarquer de la tradition ?
Vous l’avez indiqué, j’ai eu la chance de partager bon nombre de moments exceptionnels de musique et d’amitié avec cet Ensemble Vocal de Canisy que Jean-Marc Boussard anime et dirige avec une compétence, un dynamisme et un enthousiasme hors normes depuis bien des années.
Le rapport de confiance mutuelle avec les choristes que nous entretenons depuis toujours m’a permis d’aborder des répertoires divers et certaines partitions exigeant de réelles qualités techniques.
Pourtant, malgré cette habitude à savoir surmonter des réelles difficultés, cette Messe de Puccini leur a semblé déroutante. En réalité, il s’agit ici d’une œuvre de jeunesse dont l’écriture est, parfois, un peu maladroite ou insolite.
Mais tout Puccini est déjà là, avec un talent magnifique ! Et, après un travail soutenu mais indispensable, ces difficultés disparaissent pour faire place à l’inspiration mélodique débordante du compositeur.

Puccini composa cette œuvre pour soli, chœur et orchestre. Mais au cours des trois représentations qui viennent, l'orchestre fera place à deux pianos. Cette réduction conserve-t-elle l'esprit de l’oeuvre ?
Il est vrai que l’orchestre symphonique nécessaire pour donner cette œuvre ne sera pas là. Mais, de plus en plus, on aime à revisiter le répertoire choral en y associant des instrumentations nouvelles. C’est le cas, ici, avec cette version à 2 pianos qui, non seulement respecte parfaitement la musique de Puccini, mais permet aux parties vocales d’occuper le premier plan, et c’est donc très gratifiant !
Et puis, L’Ensemble Vocal de Canisy n’en est pas à son premier méfait…. Le Requiem de Mozart a été donné, il y a quelques années, avec une réduction pour piano à quatre mains, de Czerny. Ce fut une expérience passionnante et musicalement instructive.

C'est au Haras national de Saint-Lô que vous dirigerez la première exécution, le dimanche 13 mai. Chanter cette messe dans un cadre hippique pose-t-il problème ?
Aucun problème ! D’abord parce que ça n’est pas la première fois que l’on donne des concerts dans cet endroit superbe, des formations aussi prestigieuses que Les Arts Florissants y ont été programmées avec grand succès. Et puis, le cadre et l’acoustique de ce lieu permettent à tous de découvrir ce magnifique Haras national de plus en plus ouvert au public grâce à une équipe dirigeante favorable à de genre d’expérience. Un grand merci pour cet accueil !

A l'annonce de ce programme musical, les effectifs du chœur de Canisy ont notablement augmenté. Outre le prestige de votre baguette, comment expliquez-vous la séduction de cette Messe de Puccini ?
Passées les premières surprises et difficultés lors du déchiffrage (!), tout le monde prend conscience que cette œuvre est très attachante, extrêmement abordable pour toutes les oreilles, y compris les moins habituées au monde de la Musique dite Classique, et remporte l’adhésion et même l’enthousiasme de tous les publics. L’effectif habituel s’est étoffé de voix rompues au chant choral et, pour la plupart, connaissant cette Messe de Puccini pour l’avoir déjà chantée.
Remerciements à tous, et bienvenue dans cette nouvelle aventure humaine et musicale !




Les pianistes Philippe Scieux et Maréva Bécu sont les partenaires de ce triple concert de mai-juin 2019

Retourner au contenu