La parole aux choristes - Ensemble Vocal de Canisy

Aller au contenu
Presse - Infos

Puccini au Haras

Qu'en  disent les choristes ?

Ils et elles viennent de loin pour chanter la Messa di Gloria.
Il était donc tentant de les interroger pour comprendre ce qui fait la séduction de cette œuvre.

  
Vous avez décidé de chanter la Messe de Puccini avec le chœur de Canisy. Avez-vous une expérience chorale ou musicale ? Etes-vous déjà membre d'un ou plusieurs ensembles vocaux ?

Françoise Pivain - En effet, j’ai une longue expérience du chant choral. Depuis le collège, je n’ai jamais cessé de chanter. Après avoir été membre de plusieurs chorales et petits groupes vocaux, je me suis jointe à Molto Vivace.
  
Gabriel Besse - Oui, j'ai une expérience chorale : trois ans à Villers-Bocage et deux ans au Chœur Universitaire de Caen.  Non, je suis pas membre d'autres ensembles vocaux.

Sylvie Regnault - Bonjour, oui c'est avec un réel plaisir que je participe à cette aventure musicale. J'ai chanté cette messe sous la direction de Marie Odile Lucas (Molto Vivace, Cherbourg)... Par ailleurs je chante dans la chorale "aux 4 vents" de Jobourg... Quel plaisir ! Sous la direction de Sophie Herson-Macarel Hobart...

Claire Vannier Delpey - Je fais partie de l’ensemble vocal "aux 4 vents" dirigé par Sophie Herson-Macarel à Jobourg (dans la Hague) et j’ai également participé à plusieurs projets musicaux avec l’association Molto Vivace dirigé par Marie-Odile Ligeard-Lucas.

Benjamin Beucher - Je chante depuis tout petit, j’ai découvert le chant choral en primaire, puis j’ai poursuivi cette activité au collège et au Lycée, à Falaise, où j’ai vécu jusqu’à mes 18 ans.
Arrivé en 2010 à Caen pour mes études, j’ai rejoint le Chœur Universitaire pour une durée de 2 ans, où j’ai notamment eu le privilège de participer à l’évènement "Wolgang A", sorte de concert géant au Zénith de Caen, où nous étions près de 700 participants sur scène pour rendre hommage à la musique et à la vie de Mozart, le tout sous la direction de Didier Horry.

Je me suis ensuite installé à Cherbourg pour mes études et mon travail, j’ai rejoint à l’occasion le Chœur du Conservatoire de Cherbourg, sous la direction de Marie-Odile Lucas. Cela fait maintenant plus de 6 ans que j’y chante, avec toujours autant de plaisir. Je suis également membre du Chœur Molto Vivace qui regroupe des choristes de la région de Cherbourg, avec lequel nous avons déjà donné plusieurs concerts de grande envergure. Je fais aussi partie du pupitre des basses dans le groupe vocal "Musardille" qui regroupe une bande d’amis, amateurs éclairés de musique, toujours sous la direction de Marie-Odile.
En parallèle, je prends des cours de chant lyrique au Conservatoire Régional de Caen avec Martine Postel, depuis deux ans maintenant.

Catherine Lenglin - Le vibrant appel de Jean-Marc "Lève-toi et chante" m‘a interpelée, et je me suis dit "why not ?". Je ne suis membre d’aucun chœur, j’ai partagé de très beaux moments musicaux avec Jean-Marc et tous ses adeptes, et j’étais convaincue  de la réussite de ce nouveau projet.

Avez-vous chanté d'autres œuvres à caractère religieux ? Qu'est-ce qui vous séduit dans cette Messa di Gloria, dont certains choristes soulignent la difficulté ?

Françoise Pivain - Oui, j’ai eu le plaisir de travailler et d’interpréter un certain nombre de ces œuvres : Messes, Requiems, Cantates, etc… C’est justement la difficulté qui me séduit et le travail personnel que cela exige.

Gabriel Besse - Oui, j'ai chanté l'Ave Maria de Schubert et le Requiem de Mozart. Ce qui me séduit dans la Messe de Puccini? Sa beauté par sa complexité.
  
Sylvie Regnault - Oui j'ai chanté le Requiem de Mozart... Ce qui me séduit, ce sont les différentes émotions que révèle Puccini.

Claire Vannier Delpey - Nous chantons effectivement de nombreux chants sacrés. Cette Messa di Gloria est particulièrement agréable à chanter car les différentes parties sont musicalement variées et le tout plutôt gai et rythmé.   
La difficulté de la fugue est un beau défi.

Benjamin Beucher - J’ai chanté plusieurs œuvres religieuses dans les différents chœurs et ensembles vocaux dont j’ai été, et suis encore le membre. Citons notamment le Requiem de Mozart (de nombreuses fois), la Messe en Ut Majeur de Beethoven op. 86, la Cantate n°4 de Bach, le Cantique de Jean Racine de G. Fauré, et de nombreuses œuvres de moindre envergure mais toutes aussi belles. Nous préparons aussi le Requiem de Fauré avec le chœur et l’orchestre du Conservatoire de Cherbourg, pour un concert le 23 Juin au Théâtre à l’italienne de Cherbourg.   
Et pour en venir à ce qui nous rassemble en ce moment, j’ai aussi chanté la Messa di Gloria de Puccini, en 2017, avec l’association Molto Vivace, sous la direction de Marie-Odile Lucas, en version chœur et orchestre complet. J’aime beaucoup cette œuvre, d’une belle envergure, bien construite, mélodique, puissante et captivante, parfois difficile à l’apprentissage mais accessible à l’écoute, même pour les non-initiés à la musique dite classique. Un beau moment de musique partagée en perspective, et je prends de nouveau plaisir à chanter cette œuvre de Puccini.

Catherine Lenglin - Oui j’ai chanté dans le passé d’autres œuvres religieuses, associant plusieurs pièces de différents compositeurs. Et je n’oublie pas le Requiem de Maurice Duruflé...   
J’aime beaucoup le répertoire du XIXème siècle qui libère l’expression de nos états d’âme. Dans la Messe de Puccini, ce que l’on ressent tout de suite, c’est la joie. La joie quasiment criée ! Les pp de joie chuchotée, les nuances, les tensions,  les changements de rythmes, les couleurs… on approche le céleste…  

Chanter une messe dans le manège d'un haras... une expérience inédite ?

Françoise Pivain - Chanter une Messe dans un Haras, oui, c’est une expérience inédite, mais je suis déjà venue écouter un concert dans ce lieu.
  
Gabriel Besse - Toute expérience est inédite lorsqu'elle se passe dans un autre environnement. Cela devrait être une aussi belle représentation que celle que j'ai faite au Zénith. Phoniquement parlant, voire même mieux.
  
Sylvie Regnault - Oui ce sera une première, et je suis très impatiente de vivre ce grand moment.
  
Claire Vannier Delpey - J’attends avec impatience et curiosité d’entendre résonner les premières notes !
   
Benjamin Beucher - Oui, c’est une expérience inédite en effet. J’ai déjà chanté dans des auditorium, de nombreuses églises et abbayes, des salles de concert, au Zénith de Caen, mais jamais dans un lieu comme le Haras de Saint Lô. C’est une belle expérience à venir. Mais peu importe l’endroit où la musique est jouée, c’est le partage qui compte.
   
Catherine Lenglin - De par mon peu d’expérience, c’est forcément pour moi une première de chanter dans un haras ! Les animaux sont très sensibles à la musique. Espérons qu’ils profiteront des divines harmoniques de Puccini ! Quelques vocalises nous répondront peut-être…

Comment pourriez-vous caractériser le travail des répétitions sous la direction de Dominique Debart ?

Françoise Pivain - Dans les années 80, j’ai participé au Grand Chœur de la Manche sous la direction de Dominique Debart… et c’est pour retrouver ce chef rigoureux, exigeant et enthousiaste et qui sait tirer le meilleur de ses choristes, que je suis venue chanter cette Messa di Gloria de Puccini.
  
Gabriel Besse - Avec trop peu de répétitions sous sa direction, je peux seulement dire qu'il est on ne peut plus attentif aux moindres recoins du chant et sait le faire partager.
   
Sylvie Regnault - Son travail est très pointu et très exigeant… Ses demandes sont légitimes et faites avec tellement d'humour !!!
  
Claire Vannier Delpey - C’est un vrai bonheur. Avec humour et sérieux, Dominique Debart cherche les nuances subtiles qui feront de cette œuvre un très bon et beau moment à partager. J’avais déjà chanté cette messe et je trouve très intéressant et enrichissant de la rechanter sous une autre direction.

Benjamin Beucher - Je ne connaissais Dominique Debart que de nom et je n’avais jamais eu le plaisir de chanter sous sa direction avant ce projet. J’aime beaucoup son travail, sa direction est naturelle et instinctive, assurée, sensible et d’une précision musicale remarquable.

Il sait nous faire comprendre la musique, les intentions qu’il faut mettre dans notre interprétation, il explique comment l’œuvre est construite, comment s’articule la musique entre les pupitres… C’est un vrai pédagogue, il fait passer les messages avec tact et autorité, et toujours avec de l’humour. Il communique physiquement avec nous par sa direction et son regard, un vrai plaisir. Il respecte les amateurs que nous sommes, en restant exigeant et juste - j’aime beaucoup. Il ne laisse rien passer, à juste titre, pour que nous puissions donner le meilleur de nous-mêmes et de l’œuvre, et partager la musique ensemble.
En bref, une très belle expérience de chanter sous sa direction, à réitérer si l’occasion se représente ultérieurement.

Catherine Lenglin - Un travail minutieux, fouillé, rien n’est mis de côté, tout est étudié dans le moindre détail pour que chacun connaisse l’œuvre de la manière la plus exacte. Le travail demandé est exigeant, et il le faut. Dominique Debartt donne aussi la confiance à ses choristes, il croit dans leur capacité de réussir.  

Le message passe toujours avec le sourire et pour le mal qu’il se donne, il nous faut absolument réussir !


Retourner au contenu